Créer un site internet

L'art, Allié du parti communiste

Les prémices de l'art contestataire sous la présidence de Mao

 

        Pendant la Révolution Culturelle, un emballement artistique sans précédent touche l'ensemble de la Chine. Les œuvres de propagande se multiplient, des statues à la gloire du Parti sont érigées sur l'ensemble du territoire... Mais au même moment, on peut assister à ce qui peut être considéré comme les prémices de l'art contestataire. En effet, tout le monde n'est pas d'accord avec la politique maoïste exercée en Chine, et l'on assiste à deux cas de figure : soit l'artiste est engagé de force par le Parti qui lui ordonne de réaliser des œuvres de propagande valorisant l'image de Mao et du communisme, soit l'artiste désobéit et critique le système dans ses œuvres.  

Le PCC, surtout pendant la présidence de Mao, a toujours exercé une politique extrêmement répressive envers toute personne osant l'attaquer. De nombreux Chinois furent envoyés en prison, dans des camps de travail aux conditions de vie très rudes où la vie des concentrationnaires était rythmée par de longues séances d'autocritique et d'humiliation publique, ou étaient parfois même exécutés. Certains artistes, comme Ai Qing, le père du célèbre contestataire Ai Weiwei, étaient forcés de faire des travaux d'intérêt général extrêmement éprouvants.  

 

Ai Qing

                                                                                                   Source: Google images

Ai Qing était un poète très célèbre qui vécut pendant la présidence de Mao. Membre du Parti, il s'occupait de la rédaction d'un magazine de poésie. En 1957, le Parti lance la "Campagne des cent fleurs", réforme permettant une certaine liberté d'expression au peuple chinois, qui est autorisé à donner son opinion sur le PCC. Mais peu de temps après le lancement de cette réforme, la contestation explose. Le Parti réagit férocement en envoyant 500 000 intellectuels dans des camps de travail, en licenciant plus de trois cent mille cadres de l'administration et en exécutant même certains contestataires. Accusé d'avoir des idées politiques "de droite" qu'il exprimait dans ses poèmes, Ai Qing fut envoyé dans une ferme de la province du Xingjiang, dans le Nord de la Chine. Il était forcé de nettoyer les toilettes publiques de la ferme, qui étaient utilisées par plus de deux cent personnes chaque jour. Ce travail humiliant était physiquement très éprouvant, surtout que Ai Qing était âgé de plus de soixante ans quand il devait faire ces corvées. Ai Weiwei affirme même que le manque de nutrition dont son père était victime pendant cette période lui fit perdre un œil.  

On voit donc que malgré la politique extrêmement répressive exercée par le Parti envers toute forme de critique, il existait déjà, malgré tout, des artistes qui critiquaient ouvertement Mao Zedong, et qui, très souvent, étaient sévèrement réprimés. Mais après le tristement célèbre massacre de Tian An Men ayant eu lieu le 4 juin 1989, l'art chinois contestataire explose littéralement, et devient ce qu'il est aujourd'hui.  

© LIU Cécile, XU Laetitia, CHEN Davy, BERTHAULT Simon.

 ARTICLE L111-1 L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous.