Les réactions du Parti face à ces artistes 

 

Néanmoins, le gouvernement chinois ne voit pas ces artistes d'un bon œil. Depuis son arrivée au pouvoir fin 2012, le président Xi Jinping a lancé une répression s’apparentant à une « campagne de rectification » de style maoïste, destinée à réduire au silence les critiques du régime. Après avoir dénoncé la « vulgarité » de certains artistes, le président chinois leur a demandé de promouvoir le patriotisme et les « valeurs socialistes » 
Bien souvent, le manque de liberté d'expression en Chine, critiqué par une grande partie des artistes engagés, est leur pire ennemi. Tout comme pendant la présidence de Mao, un nombre immense d'œuvres sont censurées par le gouvernement tous les ans. De nombreux livres et films se font amputer d'une bonne partie de leur contenu, jugé comme "anti-chinois" par le gouvernement, voire même interdire dans leur intégralité.  

Jia Zhangke est un célèbre cinéaste chinois, dont le film Au-delà des montagnes a été diffusé dans les salles de cinéma de nombreux pays l'année dernière. A ses débuts, il fut directement confronté à la censure chinoise, qui interdit son film Xiaowu, artisan pickpocket en 1999. Cependant, ce film, malgré son interdiction, a été un succès sur le territoire chinois. En effet, Jia Zhangke a pris la décision de le diffuser malgré la censure, en le vendant clandestinement, "sous le manteau".  

 

 

 

En outre, le Parti ne se contente pas seulement de censurer l'œuvre. Bien souvent, le gouvernement chinois utilise la technique de l'exil pour écarter certaines personnalités influentes, comme les artistes, qui usent de leur renomée pour diffuser leurs idées. Bei Dao, nom de plume de Zhang Zhenkai, est un célèbre poète chinois, faisant partie de toute une génération d'artistes qui se virent confisquer leur passeport chinois, et furent forcés de quitter leur pays natal, rejetés par le Parti.  

Cet artiste est considéré comme l'un des poètes chinois contemporains majeurs. C'est l'un des fondateurs du mouvement des "Menglong Shiren", ou "poètes obscurs", un courant littéraire apparu en 1978 dans le magazine littéraire "Jintian" (que l'on pourrait traduire par "aujourd'hui"). Ce magazine s'est fait interdire en Chine seulement trois ans après la parution du premier numéro, à cause de textes considérés comme anti-chinois. Le principe de ce mouvement est de "décrire la réalité de manière subjective", en utilisant de nombreuses images abstraites, obscures et mystérieuses. On peut par exemple citer des poèmes comme  

"Huida" ("la réponse"), dont les quatre vers "Je ne crois pas que le ciel soit bleu/ Je ne crois pas en l'écho du tonnerre/ Je ne crois pas que le rêve soit faux/ Je ne crois pas aux morts impunies" ont été repris par les étudiants lors des manifestations place Tian An Men en signe de contestation, pour montrer au PCC que tout ce que le gouvernement dit n'est que mensonge. Cela a valu à Bei Dao de se faire confisquer son passeport chinois, et d'être obligé de quitter le territoire. Depuis 1989, il voyage autour du monde sans pouvoir rentrer dans son pays : Etats-Unis, France, Allemagne, Maroc, Suède... C'est en 1990 qu'il fait renaître le magazine "Jintian" à Stockholm. On assiste ici à une réelle volonté de la part de l'artiste de continuer à critiquer le Parti, malgré son exil.  

The Answer

BY BEI DAO

TRANSLATED BY BONNIE S. MACDOUGALL

Debasement is the password of the base,

Nobility the epitaph of the noble.

See how the gilded sky is covered

With the drifting twisted shadows of the dead.

 

The Ice Age is over now,

Why is there ice everywhere?

The Cape of Good Hope has been discovered,

Why do a thousand sails contest the Dead Sea?

 

I came into this world

Bringing only paper, rope, a shadow,

To proclaim before the judgment

The voice that has been judged:

 

Let me tell you, world,

I—do—not—believe!

If a thousand challengers lie beneath your feet,

Count me as number thousand and one.

 

I don't believe the sky is blue;

I don't believe in thunder's echoes;

I don't believe that dreams are false;

I don't believe that death has no revenge.

 

If the sea is destined to breach the dikes

Let all the brackish water pour into my heart;

If the land is destined to rise

Let humanity choose a peak for existence again.

 

A new conjunction and glimmering stars

Adorn the unobstructed sky now;

They are the pictographs from five thousand years.

They are the watchful eyes of future generations.

 

 

Dans certains cas, le Parti Communiste Chinois emprisonne les contestataires. Cela a l'avantage de pouvoir toujours garder les individus sous surveillance, tout en leur ôtant la possibilité de s'exprimer. De nombreux artistes sont passés par la prison, comme Dai Jianyong, photographe ayant été condamné à cinq ans de prison ferme pour avoir retouché le visage du président chinois Xi Jinping, en lui faisant faire une grimace ridicule, ce qui n'a pas vraiment été du goût des autorités. Mais la prison n'est pas le seul moyen utilisé par le Parti pour enfermer les contestataires: en effet, l'artiste et architecte Ai Weiwei, fils de Ai Qing, a été enfermé pendant plusieurs mois dans un petit appartement exigu, sans avoir la possibilité de voir la lumière du jour. Quelques mois après la fin de sa détention, il réalisa un clip de musique Heavy Métal intitulé "Dumbass", qui montre l'artiste évoluer dans une reconstitution de l'appartement dans lequel il a été incarcéré, tout en proférant de violentes insultes à l'encontre du gouvernement.  

 

 

 

© LIU Cécile, XU Laetitia, CHEN Davy, BERTHAULT Simon.

 ARTICLE L111-1 L'auteur d'une oeuvre de l'esprit jouit sur cette oeuvre, du seul fait de sa création, d'un droit de propriété incorporelle exclusif et opposable à tous.